Du 22 au 30 septembre 2021: L’Auvergne vélo tour.

Pour cette boucle en vélo avec Simon, fini les voies vertes sans relief, cette fois nos mollets seront mis à l’épreuve sur les terres Auvergnates.

Premier jour: Clermont-Ferrand-Issoire.

Nous suivons les contours de l’allier pour nos premiers coups de pédales, histoire de se mettre en jambes.

Le village de Montpeyroux prédominant l’allier.

Premier test sur les hauteurs de Buron.

Deuxième jour: Issoire-Massiac.

Le soleil s’attarde sur nous en ce début d’automne, le paradis pour rouler!

Petite halte de B.O.B avec vue sur Nonette-Orsonnette.

Un petit air étrangement tropical au pied de la chapelle Ste Madeleine de Massiac.

Troisième jour: Massiac-Allanche.

Notre étape, une pente continue d’une vingtaine de kms.En résumé les choses sérieuses commencent…

Le changement de décor se veut radical avec ces hauts plateaux à perte de vue.

Quelques burons, le cri des rapaces au-dessus de nous, ce côté sauvage est loin de nous déplaire…

« Dis moi Simon tu serais pas quelle est la direction pour Cézerat? »

Quatrième jour: Allanche-le pas de Peyrol-le Claux.

Aujourd’hui c’est le plat de résistance, gravir les cols et parvenir au pied du célèbre Puy Mary!

Certains avaient l’art de savoir où s’installer, la chapelle de Fortuniès en est un bel exemple.

Un sentiment mêlé de contemplation et de crainte s’empare de nous face à ces paysages.

Dernier regard sur la vallée de l’impradine avant d’attaquer le pas de Peyrol.

Allez, c’est pas une pente à plus de 9% qui va nous désarçonner!

Soulagés et heureux d’avoir réussi😊

Cinquième jour: Le Claux-La Godivelle.

Après une nuit plus qu’agitée avec un orage tonitruant,une tente qui manque d’étanchéité et des sanitaires transformés en gîte, la route se poursuit direction le cézallier.

De ce coup de coeur pour cette partie de l’Auvergne est né l’idée d’arpenter ce territoire en vélo.

Devant une telle beauté, difficile d’avoir des regrets.

Sixième jour: La godivelle-Picherande.

L’histoire dit que quand je prends une carte en main, le trajet devient vite éprouvant. En tout cas en terme d’immersion dans la nature on a son compte…

Le lac Montcineyre balayé par les vents.

Le mode tout terrain est de rigueur.

Fenêtre sur le lac pavin.

Les teintes se succèdent depuis le Sancy.

Septième jour : Picherande-Le Mont-Dore.

En passant par Chastreix, on ne se lasse pas de découvrir une nouvelle facette du massif du Sancy.

Ici le bovin est roi.

Huitième et neuvième jour: Le Mont-Dore-Le lac d’Aydat-Clermont-Ferrand.

Le brouillard s’invite au périple pour nos derniers kms.

Ambiance nimbée de mystère au lac de Guéry.

Mais les éclaircies font des petits miracles aux roches Sanadoire et la Tuilière.

Instant parfait au bord d’un lac de Servières désert.

La route du retour en compagnie de la chaîne des puys.

22 mai 2021: Le chaos de Nîmes-le-vieux.

Pour cette dernière ballade avant le retour à la maison, le choix se portera pour nous sur le chaos de Nîmes-le-vieux.

Sur le plateau du causse Méjean, le silence est prégnant entouré de ces roches dressées.

Le coin parfait pour un maquisard qui veut être à l’abri des regards.

Ici, chacun peut laisser libre cours à son imagination à la vue de ces formes curieuses.

En surplomb du site, l’évasion est totale…

Un petit air de ressemblance avec les statues de l’île de Pâques.

21 mai 2021: Les gorges de la Jonte.

Aujourd’hui on lève la tête et on contemple depuis les profondeurs des gorges de la Jonte des falaises à couper le souffle!

Peyreleau et le Rozier au carrefour des causses.

L’alchimie du temps sur le calcaire a fait des merveilles.

Entre l’observation des vautours dans le ciel et la roche jouant sur les formes, notre regard ne sait plus où aller.

Le vase de Sèvres et celui de Chine méritaient bien nos efforts. Quel spectacle!

20 mai 2021: Le cirque de Navacelles.

Après une bonne nuit de repos, nous reprenons la route pour quelques jours d’exploration mais cette fois sans le sac de rando.

Cap aujourd’hui sur les causses méridionales pour aller admirer un site exceptionnel: Le cirque de Navacelles.

Toujours ébahi devant la beauté de ce cirque!

Avec ses gorges de verdure saisissantes.

Au coeur des sillons de la Vis vient se nicher le hameau de Navacelles.

Un pont avec un enjambement tout en grâce.

Belle eau transparente mais sa froideur aura eu raison de nos pieds.

Une piscine 100 % naturelle.

11 octobre 2020: Pointe du Raz.

Avant de continuer notre route vers la pointe du Raz,nous revenons un peu sur nos pas sur la presqu’île de Crozon au cap de la Chèvre.

Nous avons bien fait car là aussi notre mini-boucle à pied sur ce cap nous a pas déçu…

De belles anses se découvrent au fur et à mesure.

Face à nous la pointe de Kerroux.

Le basculement de l’autre côté du cap est surprenant avec ce changement de végétation.

La pointe du Raz en fin de journée viendra parfaitement clore ce super week-end.

Avec des côtes escarpées sublimées par la lumière du soir.

10 octobre 2020: Pointe de Pen Hir.

Comment finir un séjour en Bretagne en apothéose,c’est simple il suffit d’avaler des kms pour contempler la presqu’île de Crozon.

Il y a quelque temps une personne m’avait vanté ce coin là en m’affirmant qu’à Camaret on était au paradis…Et c’est vrai que la beauté des paysages prennent des allures paradisiaques !

Avant même d’attaquer la mini rando on en prend plein les mirettes.

Départ: Pointe de Pen Hir avec ses îlots rocheux,les tas de Pois.

Des deux côtés de la pointe,la nature se fait différente.

Le Simon joue au dolmen breton😊.

Pas besoin d’aller aux Caraïbes,la Bretagne est là avec sa plage de sable fin!

Le soir,le spot magique sur le Ménez Hom avec vue sur l’océan.

9 octobre 2020: Huelgoat.

Tout en poursuivant ma route vers l’ouest de la Bretagne,je fais une halte à Huelgoat,porte d’entrée du parc naturel d’Armorique.

Aux abords de la ville se trouve un site naturel plutôt bluffant,un chaos rocheux gigantesque.

Ces énormes blocs granitiques sont le fruit de l’érosion de cette terre anciennement volcanique.

Comme dans la forêt de Brocéliande,on peut rencontrer de drôles de choses sur le sentier comme ici ce champignon de pierre.

Un peu plus loin c’est un ruisseau à la couleur ambrée qui attire le regard…

La mare des sangliers,lieu assez paradisiaque pour une trempette animalière.

5 et 6 octobre 2020: La forêt de Brocéliande.

Sur ces deux jours,je m’enfonce au coeur de la forêt de Brocéliande connue pour ses légendes sur l’époque du roi Arthur.

Le val sans retour vers Tréhorenteuc est parsemé de sites au caractère mystérieux et magique.

Le miroir aux fées.

L’arbre d’or,symbole de la renaissance de la forêt.

L’imagination aidant,il est vrai que la vallée renvoie une atmosphère particulière…

Le tombeau des géants.

Le lendemain,l’excursion se prolonge sous un couvert grandiose.

La fontaine de Baranton où il est conté que les petite bulles remontant à la surface révèlent la présence de fées.

4 octobre 2020: Le cap Fréhel.

Profitant d’une éclaircie au milieu des averses bretonnes et armés de nos vêtements de pluie qui font office de seconde peau, je retrouve avec Simon le sentier des douaniers au niveau du cap Fréhel.

Quelle joie de refouler ce sentier!Il n’y a pas dire cette côte a parfois une touche méditerranéenne.

La belle anse des Sévignés.

Face-à-face avec le fort de la Latte.

Ajoncs et bruyères apportent leur touche de couleur au bord des falaises.

Objectif atteint! Nous voilà les pieds sur le cap Fréhel avec la pointe du Jas en vue.

Sur le chemin du retour,dernier regard jeté au Fort de la Latte.

22 septembre 2020: St Vaast-la-Hougue et la pointe de Barfleur.

Après avoir pointé le bout de mon nez sur celui de Jobourg et du cap de la Hague il y a quelque temps,je décide de remonter cette fois en direction de l’autre pointe de la Manche.

Avant, petite halte sur ma route à St Vaast-la-Hougue où Vauban n’a pas fini de me poursuivre.

La tour Vauban joue son rôle de gardienne de la presqu’île.

Face à la ville,l’île de Tatihou où on peut observer des bateaux au joli voilage.

La camionnette n’ira pas plus loin, voilà la pointe de Barfleur et le phare de Gatteville.

Le port de Barfleur pris dans un jeu de lumières en fin de journée.

17 septembre 2020: Trouville-sur-mer et Deauville.

Aujourd’hui,ma visite citadine se fait dans un cadre balnéaire plutôt chic avec les villes de Trouville-sur-mer et Deauville.

À Trouville-sur-mer, immersion dans les beaux quartiers.

Au bord de plage,les villas normandes déploient aussi leur côté majestueux.

L’autre côté du pont,Deauville se présente.À quelques jours près,j’étais en plein festival du film américain,dommage…

Comme vous pouvez le constater,on reste toujours dans une architecture classe.

La villa Strassburger.

Aux environs du port de Deauville.

Avec ses deux belles tours de garde.

La place du marché a un petit air Alsacien.

16 septembre 2020: Honfleur.

Ayant eu des bons retours sur cette ville de Honfleur au bord de la côte fleurie,un petit tour s’y imposait.

Le quai Ste Catherine et sa belle rangée de vieilles bâtisses.

La lieutenance,vestige des anciennes fortifications de la ville.

Jolie ruelle du côté du carré des arts.Par le passé et aujourd’hui encore,Honfleur a attiré de nombreux artistes au sein de sa cité.

Au coucher du soleil,je pousse le vélo vers l’extrémité de la ville pour assister aux va-et-vient des bateaux,le Havre est pas loin…

Au bout de la jetée.

15 septembre 2020: Les falaises d’Étretat.

Bon disons le simplement je pense que c’est ce que j’ai vu de plus beau côté nature sur ce périple:Les falaises d’Étretat.

On ne m’avait pas menti sur la marchandise.

J’ai pu découvrir les différents types de relief le long de la côte.

Le roc Vaudieu au premier plan et l’aiguille de Belval au fond.

Un peu plus loin un avant-goût des arches que je vais contempler vers Étretat.

La porte d’Amont.

Un sentier m’emmène au pied des falaises où on se sent tout petit.

La baie d’Étretat.

En continuant plus loin,on peut mieux admirer la porte d’Aval plus effilée.

On n’en finit pas d’en prendre plein les yeux, la Manneporte en face.

Avant de faire demi-tour,dernier cliché à la pointe de la courtine.

11 et 12 septembre 2020: Tréport et Mers-les-bains.

Au soleil couchant excursion à Tréport.

Petit tour du port en vélo.

Je retrouve les petits baraquements colorés et les falaises.

Mers-les-bains s’étend au loin,ça sera pour demain…

En parcourant la ville de Mers-les-bains,je découvre des maisons à l’architecture originale.

Ici, c’est à celui qui emploie le mieux l’art nouveau sur sa bâtisse.

Autre type d’architecture pour l’église de St Martin.

L’avantage de ces deux villes c’est qu’elles sont à deux pas des sentiers…