10 octobre 2021: Le puy de Sancy.

Il faut savoir attendre le bon moment pour réunir les bons ingrédients surtout lorsqu’il est question de gravir le toit de l’Auvergne, le puy de Sancy.

Le météorologue expert Baptiste a su voir juste car le soleil automnal avait pris rendez-vous avec nous.

Itinéraire inédit pour moi, le passage par le val de Courre m’enchante.

Un nid de toutereaux que cette arche inversée.

Premier palier franchi au col de Courre et un 360 degrés qui a de quoi nous émerveiller.

Et il en reste encore à franchir…

Derrière nous, une jolie trace qui se déroule au loin.

Des arêtes rocheuses qu’on laissera aux plus téméraires.

Les éperons des trois filles montent la garde devant le puy Gros.

Le vent se voudra joueur sur les crêtes.

Sur ce versant, notre regard embrasse un Sancy qui en impose.

Du 22 au 30 septembre 2021: L’Auvergne vélo tour.

Pour cette boucle en vélo avec Simon, fini les voies vertes sans relief, cette fois nos mollets seront mis à l’épreuve sur les terres Auvergnates.

Premier jour: Clermont-Ferrand-Issoire.

Nous suivons les contours de l’allier pour nos premiers coups de pédales, histoire de se mettre en jambes.

Le village de Montpeyroux prédominant l’allier.

Premier test sur les hauteurs de Buron.

Deuxième jour: Issoire-Massiac.

Le soleil s’attarde sur nous en ce début d’automne, le paradis pour rouler!

Petite halte de B.O.B avec vue sur Nonette-Orsonnette.

Un petit air étrangement tropical au pied de la chapelle Ste Madeleine de Massiac.

Troisième jour: Massiac-Allanche.

Notre étape, une pente continue d’une vingtaine de kms.En résumé les choses sérieuses commencent…

Le changement de décor se veut radical avec ces hauts plateaux à perte de vue.

Quelques burons, le cri des rapaces au-dessus de nous, ce côté sauvage est loin de nous déplaire…

« Dis moi Simon tu serais pas quelle est la direction pour Cézerat? »

Quatrième jour: Allanche-le pas de Peyrol-le Claux.

Aujourd’hui c’est le plat de résistance, gravir les cols et parvenir au pied du célèbre Puy Mary!

Certains avaient l’art de savoir où s’installer, la chapelle de Fortuniès en est un bel exemple.

Un sentiment mêlé de contemplation et de crainte s’empare de nous face à ces paysages.

Dernier regard sur la vallée de l’impradine avant d’attaquer le pas de Peyrol.

Allez, c’est pas une pente à plus de 9% qui va nous désarçonner!

Soulagés et heureux d’avoir réussi😊

Cinquième jour: Le Claux-La Godivelle.

Après une nuit plus qu’agitée avec un orage tonitruant,une tente qui manque d’étanchéité et des sanitaires transformés en gîte, la route se poursuit direction le cézallier.

De ce coup de coeur pour cette partie de l’Auvergne est né l’idée d’arpenter ce territoire en vélo.

Devant une telle beauté, difficile d’avoir des regrets.

Sixième jour: La godivelle-Picherande.

L’histoire dit que quand je prends une carte en main, le trajet devient vite éprouvant. En tout cas en terme d’immersion dans la nature on a son compte…

Le lac Montcineyre balayé par les vents.

Le mode tout terrain est de rigueur.

Fenêtre sur le lac pavin.

Les teintes se succèdent depuis le Sancy.

Septième jour : Picherande-Le Mont-Dore.

En passant par Chastreix, on ne se lasse pas de découvrir une nouvelle facette du massif du Sancy.

Ici le bovin est roi.

Huitième et neuvième jour: Le Mont-Dore-Le lac d’Aydat-Clermont-Ferrand.

Le brouillard s’invite au périple pour nos derniers kms.

Ambiance nimbée de mystère au lac de Guéry.

Mais les éclaircies font des petits miracles aux roches Sanadoire et la Tuilière.

Instant parfait au bord d’un lac de Servières désert.

La route du retour en compagnie de la chaîne des puys.

11 août 2021: Col de la croix St-Robert et le puy de la tâche.

Quoi de mieux aujourd’hui que de redécouvrir ces crêtes si magiques en ajoutant quelques ingrédients nouveaux pour moi.

Un départ depuis le col de la croix St- Robert aux premières lueurs de l’aube.

Le soleil se fait pas attendre et imprime ses teintes orangées sur le plateau de la Durbise.

Premier sommet, le puy de l’angle idéalement situé pour contempler le massif du Sancy.

Seul sur un terrain de jeu grandiose!

Un sentier des crêtes à perte de vue

Qu’on souhaite sans fin…

Le lac de Guéry en mode miniature.

Arrivé au puy de la tâche, rebrousser chemin se fait avec plaisir.

10 août 2021: Pessade et le col de la croix-Morand.

Ayant eu le temps de peaufiner mon choix d’escapade (le soleil s’étant mis en grève au mois de juillet), les environs du col de la croix-Morand me semblaient tout prédestinés pour une reprise de la rando.

Dès les premiers pas, on sent que la végétation a su tirer profit de la pluie.

Depuis le puy de la Védrine, les volcans s’alignent d’une belle façon.

Le puy de Baladou et son dôme élancé.

En approche du col de la croix- Morand, les crêtes tant convoitées seront au programme de demain…

27 juin 2021: Chemin Fais’art.

C’est une découverte insolite que nous avons fait aujourd’hui au pays des Combrailles.

Depuis Chapdes-Beaufort, un sentier portant le nom de chemin Fais’art nous a mené à une véritable chasse à l’oeuvre d’art.

Signé Gilles Perez, ces sculptures en pierre de lave ont fait notre bonheur.

La création en symbiose avec la nature.

Lieu idéal pour une réunion de famille.

Après la table ronde, l’armure du chevalier?

L’art de jouer avec l’équilibre des éléments.

Heureux d’être pris dans la spirale!

13 juin 2021: Le lac Chauvet et la vallée de la fontaine salée.

Avant de s’aventurer aujourd’hui en altitude où la végétation se fait plus rare et le soleil plus cuisant, je profite des derniers instants de frais sur les contours du lac Chauvet.

Un beau spécimen de peuplier blanc.

Le lac Chauvet pris dans la lumière matinale.

Le versant sud du Sancy montre le bout de ses crêtes.

L’ample vallée glaciaire de la fontaine salée avec ses imposants blocs erratiques.

Le puy Paillaret et son dôme d’envergure.

Le regard captivé par ce bel éperon rocheux.

12 juin 2021: Les gorges de Courgoul.

Aujourd’hui les gorges de Courgoul semble être le lieu prédestiné pour une fraîcheur convoitée.

Au côté de ce pont gallo-romain, on ressent le havre de paix.

À l’ombre de la Couze de Valbeleix.

L’expression se mettre au vert n’a jamais eu autant de sens que cette année.

Cette cabane fondue dans la nature, ça laisse rêveur.

Vision du soir comme une promesse d’une belle balade pour demain…

22 mai 2021: Le chaos de Nîmes-le-vieux.

Pour cette dernière ballade avant le retour à la maison, le choix se portera pour nous sur le chaos de Nîmes-le-vieux.

Sur le plateau du causse Méjean, le silence est prégnant entouré de ces roches dressées.

Le coin parfait pour un maquisard qui veut être à l’abri des regards.

Ici, chacun peut laisser libre cours à son imagination à la vue de ces formes curieuses.

En surplomb du site, l’évasion est totale…

Un petit air de ressemblance avec les statues de l’île de Pâques.

21 mai 2021: Les gorges de la Jonte.

Aujourd’hui on lève la tête et on contemple depuis les profondeurs des gorges de la Jonte des falaises à couper le souffle!

Peyreleau et le Rozier au carrefour des causses.

L’alchimie du temps sur le calcaire a fait des merveilles.

Entre l’observation des vautours dans le ciel et la roche jouant sur les formes, notre regard ne sait plus où aller.

Le vase de Sèvres et celui de Chine méritaient bien nos efforts. Quel spectacle!

20 mai 2021: Le cirque de Navacelles.

Après une bonne nuit de repos, nous reprenons la route pour quelques jours d’exploration mais cette fois sans le sac de rando.

Cap aujourd’hui sur les causses méridionales pour aller admirer un site exceptionnel: Le cirque de Navacelles.

Toujours ébahi devant la beauté de ce cirque!

Avec ses gorges de verdure saisissantes.

Au coeur des sillons de la Vis vient se nicher le hameau de Navacelles.

Un pont avec un enjambement tout en grâce.

Belle eau transparente mais sa froideur aura eu raison de nos pieds.

Une piscine 100 % naturelle.

Du 14 mai au 19 mai 2021: Randonnée Cévenole.

Après une période de restrictions,rien de mieux que de se frotter à la nature au rythme de ses pas.C’est donc avec des sacs à dos bien chargés que nous nous lançons sur les sentiers du parc des Cévennes. GR 67 et chemin de stevenson sont au programme des festivités. Allez en route!

Jour J: Anduze-Forêt de Montluziers.

Dernier coup d’oeil jeté sur le gardon d’Anduze avant d’attaquer les choses sérieuses.

Après quelques heures de mise en condition physique, notre premier spot de nuit, une vraie aubaine avec cette vue!

J + 1: Forêt de Montluziers-Pereyret.

Le long du chemin, découverte de l’architecture de la région.

Pique-nique face au pont des Camisards à Mialet.

Solides comme des rocs au mas des Aïgladines.

Technique pour allumer un feu dans l’humidité, un bon coup de réchaud dans les brindilles!

J + 2: Pereyret-La croix de Bourel.

Sur la montagne de la vieille morte, un esprit erre parmi la brume…

Quelques éclaircies bienvenues nous font admirer les reliefs du pays.

Au col du Prentigarde, la roche prend des allures originales.

Petite bâtisse de pierre au village des Ayres qui porte bien son nom.

J + 3: Croix de Bourel-St Germain-de-Calberte.

Premier panorama matinal au col de Cayla.

Quelques efforts encore avant de rejoindre les pas de Stevenson.

Aux portes de St Germain-de-Calberte châtaigners et pentes en terrasses se partagent le paysage.

On aurait bien dormi en roulotte…

Mais on préfère passer la nuit au poteau de corner d’un terrain de foot😊.

J + 4: St Germain-de-Calberte-La Bigorre.

Il y a des coins féeriques où il fait bon vivre.

Lorsqu’on chemine longtemps sur une route, ce panneau prend tout son sens!

Un petit détour dans les ruelles de St Étienne-Vallée-Française.

Rencontre avec le jaune buissonnant des Genêts.

Halte au bord de la pente longue et pénible que Stevenson a enduré avant de parvenir au col St Pierre.

J + 5: La Bigorre-Anduze.

Pause rafraîchissante à St-Jean-du-Gard.

En direction de Corbès, le maquis offre de jolies percées sur les crêtes.

Derniers efforts à fournir avant de boucler notre beau périple.

La fin est proche, nous retrouvons le gardon que nous avons quitté il y a quelques jours.

Terminus!Retour à Anduze avec le plaisir de se délester de son sac😥. Félicitations à Simon pour cette grande première en mode rando. Great hiker!

Un petit aperçu pour vous donner une idée de notre expédition.

5 avril 2021: Le Colorado Auvergnat.

Changement de décor radical pour ce dernier jour de week-end prolongé.

La vallée des Saints vers Boudes est un endroit qu’on peut définir comme atypique en Auvergne.

Petit frère du Colorado provençal dans le Luberon, il offre aussi un sacré dépaysement!

Un premier avant-goût avec ces éperons rocheux.

Le temps a oeuvré sur la roche et ce dégradé de couleurs en est le beau résultat.

Petite pause devant des cheminées de fée.

La commune de Boudes arbore également la couleur ocre locale.

Certains n’ont pas boudé leur plaisir d’être ici…

3 et 4 avril 2021: Lac de Montcineyre et la Godivelle.

Voilà des retrouvailles imprévues pour un dernier week-end de liberté avant l’isolement.

Nous côtoyons en famille les conditions extrêmes sur les terres du Cézallier.

Un ressenti plus que frais pour notre premier objectif qui est le lac de Montcineyre.

Le volcanisme peut faire des merveilles, en voilà la preuve!

Un peu plus tard, on se frotte au dur sur les hauts plateaux de la Godivelle.

Au lac d’en haut, le temps de contemplation est écourté tellement le froid est intense.

Tourbière et arbres en fleurs entourant le lac d’en bas.

Le lendemain, l’acclimatation s’avère toujours difficile pour nous mais on en redemande.

À voir ces paysages, on comprend mieux la comparaison de cette region à la Mongolie.

La motte de Brion et le lac des Bordes.

Un chemin qui invite à l’évasion…

27 et 28 mars 2021: Orcival et Mont-Dore.

Avec ce soleil printanier, on ne pouvait pas choisir mieux comme week-end familial pour explorer les contrées volcaniques.

À Orcival, des parents heureux de retrouver la route du voyage.

L’après-midi, on sort les bâtons de marche et on fait travailler les mollets pour une ascension au-dessus du lac de Guéry.

Quoi de mieux que des crêtes pour en prendre plein les mirettes!

Le conquérant des sommets😊

Le puy de l’Ouire, site des parapentistes.

Avant de remettre les voiles, difficile de ne pas marquer une pause face aux roches Tuilière et Sanadoire.

Malgré une nuit plus que fraîche, on en réclame encore avec les cascades du Mont-Dore.

La cascade tout en éventail du Rossignolet.

La cascade du Queureuilh, une vraie patinoire en bas et un grand déluge en haut.

20 mars 2021: Les puys de Côme et du grand Suchet.

C’est avec joie que je retrouve la neige après une petite période de disette…

Un temps idéal m’accompagne pour se hisser sur la chaîne des Puys.

Après une montée un peu éprouvante, la récompense est là avec le puy de Côme et son double cratère.

Un puy de Dôme qu’on ne se lasse pas d’admirer à tout point de vue.

Je fais ensuite la bascule du côté du petit et grand Suchet.

Cette fois le puy de Côme borde l’horizon.

La contemplation s’impose en haut du grand Suchet.