5 avril 2021: Le Colorado Auvergnat.

Changement de décor radical pour ce dernier jour de week-end prolongé.

La vallée des Saints vers Boudes est un endroit qu’on peut définir comme atypique en Auvergne.

Petit frère du Colorado provençal dans le Luberon, il offre aussi un sacré dépaysement!

Un premier avant-goût avec ces éperons rocheux.

Le temps a oeuvré sur la roche et ce dégradé de couleurs en est le beau résultat.

Petite pause devant des cheminées de fée.

La commune de Boudes arbore également la couleur ocre locale.

Certains n’ont pas boudé leur plaisir d’être ici…

3 et 4 avril 2021: Lac de Montcineyre et la Godivelle.

Voilà des retrouvailles imprévues pour un dernier week-end de liberté avant l’isolement.

Nous côtoyons en famille les conditions extrêmes sur les terres du Cézallier.

Un ressenti plus que frais pour notre premier objectif qui est le lac de Montcineyre.

Le volcanisme peut faire des merveilles, en voilà la preuve!

Un peu plus tard, on se frotte au dur sur les hauts plateaux de la Godivelle.

Au lac d’en haut, le temps de contemplation est écourté tellement le froid est intense.

Tourbière et arbres en fleurs entourant le lac d’en bas.

Le lendemain, l’acclimatation s’avère toujours difficile pour nous mais on en redemande.

À voir ces paysages, on comprend mieux la comparaison de cette region à la Mongolie.

La motte de Brion et le lac des Bordes.

Un chemin qui invite à l’évasion…

27 et 28 mars 2021: Orcival et Mont-Dore.

Avec ce soleil printanier, on ne pouvait pas choisir mieux comme week-end familial pour explorer les contrées volcaniques.

À Orcival, des parents heureux de retrouver la route du voyage.

L’après-midi, on sort les bâtons de marche et on fait travailler les mollets pour une ascension au-dessus du lac de Guéry.

Quoi de mieux que des crêtes pour en prendre plein les mirettes!

Le conquérant des sommets😊

Le puy de l’Ouire, site des parapentistes.

Avant de remettre les voiles, difficile de ne pas marquer une pause face aux roches Tuilière et Sanadoire.

Malgré une nuit plus que fraîche, on en réclame encore avec les cascades du Mont-Dore.

La cascade tout en éventail du Rossignolet.

La cascade du Queureuilh, une vraie patinoire en bas et un grand déluge en haut.

20 mars 2021: Les puys de Côme et du grand Suchet.

C’est avec joie que je retrouve la neige après une petite période de disette…

Un temps idéal m’accompagne pour se hisser sur la chaîne des Puys.

Après une montée un peu éprouvante, la récompense est là avec le puy de Côme et son double cratère.

Un puy de Dôme qu’on ne se lasse pas d’admirer à tout point de vue.

Je fais ensuite la bascule du côté du petit et grand Suchet.

Cette fois le puy de Côme borde l’horizon.

La contemplation s’impose en haut du grand Suchet.

21 février 2021: La banne d’Ordanche.

C’est une boucle à l’épreuve du vent qui nous attend aujourd’hui à partir du col de Guéry.

Des plateaux à perte de vue s’offrent à nous sur le chemin de la banne d’Ordanche.

Les photographes s’en donnent à coeur joie.

Au sommet de la banne, la joyeuse troupe au complet!

Un peu plus bas on admire mieux ce vestige de cheminée volcanique.

Couleurs et reliefs dignes des Highlands Écossais.

On se sent tout petit face au Sancy.

Chacun sa technique de descente…

Les crêtes de la croix Morand en panorama.

Le lac Guéry s’est métamorphosé en brise-glace.

14 février 2021: La vallée de l’Enval.

C’est dans une nature prise dans la glace que je découvre aujourd’hui les gorges au-dessus d’Enval.

Le long de l’Ambène, il faut bien se cramponner sur un sol semblable à une patinoire!

Le bel alliage que peut former l’eau et le froid…

Une cascade où il règne un étonnant contraste.

Le château de Tournoël en point de mire avant la redescente.

31 janvier et 7 février 2021: Les gorges de l’Artière et de la Sioule.

C’est dans une atmosphère humide aujourd’hui que je me plonge dans les détours de l’Artière.

Octopus,une surprenante création qui laisse notre imaginaire dériver en compagnie des animaux des fonds marins .

Quelques jolies cascades viennent agrémenter le cours d’eau .

Autre jour, autre découverte dans les Combrailles où la Sioule a aussi façonné à sa façon le territoire.

Le fameux méandre de Queuille avec sa presqu’île de Murat.

Un peu plus au sud, le village de Montfermy niché sur les hauteurs. Une petite camionnette est venue lui rendre visite.

Une belle invitation à la marche…

16 janvier 2021: Les lacs de la Cassière et d’Aydat.

On enfile de nouveau le bonnet et les gants et on tente de ne pas glisser pour cette grande boucle des lacs.

Première montée et premier panorama sur le lac de la Cassière et la chaîne des puys.

Ce matin,nous profitons d’un joli dégradé de lumière tamisée.

Deuxième lac,celui d’Aydat qui porte encore des vestiges de glace.

Du haut du puy de Fan,le beau massif du Sancy nous fait face.

10 janvier 2021: Le lac Pavin.

Sur les hauteurs de Besse,c’est bien un hiver qui tient toutes ses promesses avec cette neige plus qu’abondante!

Fait plutôt rare,la vue d’un lac Pavin complètement pris dans la glace.Sensation étrange d’y poser ses pieds…

A contempler ce paysage,on s’imagine être au coeur de contrées nordiques.

Un peu plus haut vers le puy de Montchal dans une belle voûte neigeuse.

Avant la tombée de la nuit,dernières percées du soleil sur le chemin du retour.

27 décembre 2020: Tempête sur le Pariou.

Un rando trail dans des conditions un peu extrême depuis le puy de Dôme.

Une neige qui courbe les arbres et rend notre chemin un peu insolite.

Tiens pourquoi les sapins ont une silhouette si particulière sur le puy Pariou?

Parce que des fois c’est un peu sauvage…

Sur les contours des puys l’atmosphère est silencieuse hormis le craquement de la neige sous nos pas.

Un pariou avec son manteau d’hiver.

Retour au point de départ,fatigués mais heureux.

20 décembre 2020: Puy de Jume,de la coquille et des gouttes.

C’est un enchaînement de puys qui m’attend aujourd’hui depuis le col de la Nugère.

Premier panorama depuis la terre rouge du puy de Jume.

Sur les hauteurs du puy de la coquille,la vision un peu surréelle d’un puy de Dôme baigné par un halo de lumière.

Dernier puy exploré celui des gouttes qui porte bien son nom car c’est la pluie qui s’est invité sur cette rando.

Mais avant de rebrousser chemin j’ai pu profiter de la belle ligne de crêtes de certains puys.

Dernière vue sur le puy de la Louchadière avant d’avoir la tête dans la brume.

13 décembre 2020: Le lac Servières.

Quand on parle de lacs dans le coin celui de Servières reste parmi mes préférés. Cet ancien cratère rempli d’eau (un maar) encerclé par la forêt n’a rien perdu de son charme.

La contrée se veut froide et brumeuse en ce début d’après-midi…Les volcans cachent un peu leur silhouette.

Heureusement on a le remède pour se réchauffer avec une bonne session de luge!

Sur le chemin du retour, une éclaircie fait son apparition avant la tombée de la nuit,de quoi nous procurer une parenthèse enchantée !

Un bel effet miroir!

Merci à Evans pour cette dernière photo, un véritable tableau de maître.

5 décembre 2020: Les puys de la vache et Lassolas.

Pour cette première escapade dans la chaîne des Puys,les ingrédients sont là pour se ressourcer: Neige,soleil et un guide dit le lièvre des volcans,l’ami Baptiste.

Premier puy surmonté,celui de la vache avec en guise de décoration des restes de projections.

L’incontournable Puy de Dôme à droite.

Le bord du cratère du puy de Lassolas.Ici on s’imagine que ça devait un peu bardé à une certaine époque.

La couche de glace est encore un peu fine pour enfiler les patins.

Sacré tour pour cette reprise de rando,dernière étape le puy de Vichatel.

Bilan 4ème boucle.

Cette 4ème boucle c’est:

Plus de trois mois de vadrouille,un virus qui m’éloigne des pays nordiques, une camionnette toujours solide sur ses roues,un Morvan et des Ardennes au naturel, des châteaux et des citadelles à n’en plus finir,un coup de coeur Messin, un Rimbaud insaisissable aux semelles de vent,une Wallonie au visage hypermasquée,un tryptique Bruxellois bière/frite/gaufre irrésistible,du vélo sous l’eau au tunnel d’Anvers,une tente de toit avec un Simon content de retrouver la terre sainte néerlandaise,la cité moderne de Rotterdam,les canaux et ruelles pittoresques de la Hollande,une lutte acharnée contre le vent sur l’île de Texel,une chtite visite à Dunkerque et Bergues,des caps à la beauté sauvage,des phoques qui pointent leur bout du nez, l’étendue étourdissante de la baie de Somme,les bâtisses art nouveau à Mers-les-bains,les plages de galets,les hautes falaises blanches d’Étretat, le carrefour des artistes à Honfleur,les plages du débarquement et le phare de Gatteville pour conclure ce périple en beauté…

Voici un aperçu de la boucle:

11 octobre 2020: Pointe du Raz.

Avant de continuer notre route vers la pointe du Raz,nous revenons un peu sur nos pas sur la presqu’île de Crozon au cap de la Chèvre.

Nous avons bien fait car là aussi notre mini-boucle à pied sur ce cap nous a pas déçu…

De belles anses se découvrent au fur et à mesure.

Face à nous la pointe de Kerroux.

Le basculement de l’autre côté du cap est surprenant avec ce changement de végétation.

La pointe du Raz en fin de journée viendra parfaitement clore ce super week-end.

Avec des côtes escarpées sublimées par la lumière du soir.